Actualités de la paroisse

Ensemble Osons la mission

C’est le thème retenu cette année pour la semaine missionnaire mondiale qui aura lieu du 15 au 22 Octobre 2017

Cette année, le pape François nous invite à vivre ensemble la semaine missionnaire mondiale. « Sortir et devenir des disciples-missionnaires », tel est le message qu’il adresse à chacun de nous.

Tous les baptisés sont appelés à annoncer le don que le Seigneur nous a fait : c’est  » sa vie et son amour ». Tous ensemble marchons la main dans la main sur le chemin missionnaire et vivons ce temps avec l’aide de l’Esprit-Saint, dans la confiance et dans la joie.

  • Dimanche 15 Octobre : Messe d’ouverture
  • Mercredi 18 Octobre : Eucharistie pour l’évangélisation des peuples suivie d’un temps de prière et de méditation.
  • Dimanche 29 octobre : Messe de clôture et quête pour les missions (en raison de notre fête paroissiale, la clôture est prévue le dimanche 29 octobre).

LE TEMPS DE LA JEUNESSE 2

Lettre pastorale sur les jeunes Monseigneur Luc Ravel
Amis marcheurs, allons !

En Alsace, on aime la marche et les marcheurs abondent.
Et ça tombe bien car cette première lettre pastorale s’adresse aux marcheurs.
A ceux qui le sont déjà et à ceux qui aspirent à le devenir.
A ceux qui attendent un signal pour s’élancer à neuf.
A ceux qui aiment ébranler leurs habitudes, qui savent suer sur les sentes raides et inspirer à plein poumons les senteurs des hautes futaies.
Ce n’est point que je veuille exclure quelqu’un. Simplement, mécaniquement, la lettre qui suit ne peut pas être entendue par les sédentaires.

Certainement marcheurs et sédentaires se sont toujours partagés les sociétés avec bonheur mais aussi avec douleur : pasteurs et agriculteurs, nomades et citadins, éclaireurs et gardiens…
Le mobile et l’immobile structurent nos peuples et nos églises.
Je n’en tiens pas l’un au-dessus de l’autre, tous les deux sont utiles mais point de la même manière. Faits pour se compléter, l’histoire les oppose souvent dans des luttes intestines où il n’y a que des perdants.

Les sédentaires sont des acteurs de la vie qui se répète.
De leur point de vue, le travail se fait, la vie va son train, le jardin est clos, le foyer demeure toujours chaud. Ils concèderont des améliorations à la marge.
Mais la vie s’est posée une fois pour toutes sur une manière de faire dont ils ne voient pas qu’elle soit caduque. En pastorale comme ailleurs, ils ont et prennent leur place.
Ils sont utiles voire nécessaires pour tenir la « boutique » quand les autres parcourent les rues. Ils assurent la permanence de ce qui fut et la stabilité de ce qui est. C’est tout à la fois leur force et leur faiblesse.
Leur force quand le présent est plein d’avenir.
Leur faiblesse quand il est voué à disparaître.
L’intérêt du déplacement leur échappe par nature.
Chaque proposition nouvelle se heurte en eux à la comparaison avec ce qui se fait et qui, somme toute, n’est pas si mauvais. « Des jeunes, diront-ils, il y en a encore, le wagon n’a pas décroché, il suffit de renforcer les équipes. »
Je serai heureux à l’occasion de m’adresser à eux et de souligner leurs vertus, celles de la fidélité au lieu et au temps.
Mais les chiffres sont une donnée violente. Combien d’enfants à la profession de foi ? Combien poursuivent pour la confirmation ?

Et après ?

En dix ans, mille confirmés en moins par an dans le diocèse. Et encore si, après la confirmation, nous les gardions tous, sur dix ans, nous aurions plus de 20 000 jeunes à accompagner, en tenant compte des échanges avec l’extérieur (jeunes aux études ailleurs etc.).

Où sont-ils ?

Les sédentaires ne savent pas la joie de la marche parce qu’ils ne sentent pas l’appel de l’horizon au fond de leur cœur.
En vérité, avant le goût de la marche, est semé en nous l’appel de l’horizon.
Cet appel trace un sillon de soif dans le mental des marcheurs.
Aux marcheurs, l’œuvre accomplie paraît minuscule.
Ce qui reste à faire, gigantesque. L’aventure les torture.
Les ardeurs du soleil et les glaces de l’hiver n’entament pas leur enthousiasme.
Au contraire, le goût de l’effort et du risque augmente leur joie.
Le changement est leur demeure. La nouveauté, le sel de leur vie.

Ainsi, nous allons marcher à beaucoup et rétablir dans l’Église la dimension du nomade.
Nous allons bouger avec les jambes du cœur, ensemble, sur un chemin non balisé.
En réalité, nul (moi pas plus que les autres) n’en sait les détours et les risques et les charmes.
Nous les découvrirons ensemble en avançant.
Mais le but de cette marche est clair : raccrocher au train de l’Évangile le wagon de la jeunesse.
De la belle jeunesse. De l’intemporelle jeunesse.
Nous n’avons pas choisi ce but : un appel vient d’en-haut.

Il nous faut emboîter le pas à notre pape François.

En octobre 2018, il convoque à Rome une assemblée nommée « synode » sur le thème « la jeunesse, la foi et le discernement vocationnel ».
Le risque est grand de réserver ce « synode » aux trois cents délégués, triés sur le volet : des cardinaux, des évêques, des laïcs sont réunis autour du saint Père pour échanger et, au final, proposer un texte, un beau texte, un texte si réfléchi qu’il en devient parfois illisible, agrégat de centaines d’interventions disparates.

Ces quelques personnes rassemblées pour quelques semaines ne forment que la partie émergée de l’iceberg que nous formons.
Elles sont l’infime minorité visible d’un peuple immense en marche.
Ce peuple immense, c’est vous, c’est moi, c’est au minimum l’ensemble du diocèse de Strasbourg
et – qui sait ? – la foule des hommes de bonne volonté, qui ne se reconnaissent pas encore dans l’inédite figure du Christ, mais qui aiment les jeunes, leurs soifs, leurs forces et leurs idéaux.

Lettre complète en téléchargement à partir du site du diocèse :Lettre pastorale de Mgr Ravel Le temps de la jeunesse

Quête pour la Mission le dimanche 29 octobre

La quête pour la mission de dimanche prochain est effectuée dans toutes les paroisses du monde.
Elle permet de soutenir la vie des prêtres et des diocèses qui ne peuvent subvenir par eux-mêmes à leurs besoins : construction de lieux de culte et de catéchèse, formation pastorale des séminaristes et catéchistes, projet d’éducation et d’évangélisation.

Notre offrande est un acte missionnaire.

Et n’oublions pas les paroles de St Paul s’adressant à la communauté des Philippiens :

Vous avez bien fait de vous montrer solidaires quand j’étais dans la gêne. Et mon Dieu comblera tous vos besoins, dans le Christ Jésus.

Conférence Saint-Vincent-de-Paul de Haguenau Saint Georges

Chers paroissiens, chers amis,

Dans le cadre de la Campagne Nationale Annuelle de la Société de Saint-Vincent-de-Paul,

la Conférence Saint Georges de Haguenau fait appel à votre soutien et à votre générosité.

Nous ne pouvons en effet mener nos actions auprès des personnes et familles en précarité que grâce à votre aide précieuse : ne nous abandonnez pas !   

Dans la feuille de semaine sont insérées les enveloppes de cette campagne.
Elles vous permettront de nous faire parvenir votre don : vous pourrez ensuite soit déposer votre enveloppe dans la corbeille lors d’une quête ultérieure, soit la remettre au presbytère, ou encore nous la retourner par courrier.

N’oubliez pas de mentionner vos coordonnées si vous souhaitez recevoir un reçu fiscal.

De même, si vous souhaitez venir renforcer notre (petite !) équipe, veuillez nous le préciser en nous laissant vos coordonnées afin que nous puissions prendre contact avec vous.

Merci d’avance pour votre soutien.

 

 

Le Temps de la Jeunesse 1

Lettre pastorale sur les jeunes  de Monseigneur Luc Ravel

 La pastorale de la jeunesse, telle que nous étions habitués à la développer, a souffert du choc des changements sociaux. Dans les structures habituelles, les jeunes ne trouvent pas souvent de réponses à leurs inquiétudes, à leurs besoins, à leurs questions et à leurs blessures. Il nous coûte à nous, les adultes, de les écouter avec patience, de comprendre leurs inquiétudes ou leurs demandes, et d’apprendre à parler avec eux dans le langage qu’ils comprennent. Pour cette même raison, les propositions éducatives ne produisent pas les fruits espérés. La prolifération et la croissance des associations et mouvements essentiellement de jeunes peuvent s’interpréter comme une action de l’Esprit qui ouvre des voies nouvelles en syntonie avec leurs attentes et avec la recherche d’une spiritualité profonde et d’un sens d’appartenance plus concret. Il est nécessaire toutefois, de rendre plus stable la participation de ces groupements à la pastorale d’ensemble de l’Église.

Pape François, La joie de l’Evangile 105

L’heure de la jeunesse sonne à la grande horloge astronomique de la cathédrale de Strasbourg. Par cette première lettre pastorale, je souhaite faire entendre son délicieux carillon dans toute l’Alsace. Pour nous réjouir si nous l’espérions, pour nous déranger si nous dormions. En d’autres termes, il n’est plus temps d’attendre que le train lancé soit totalement arrêté pour accrocher le wagon de la jeunesse au train de l’Évangile.

 Si nous vivons par l’Esprit, par l’Esprit aussi marchons !  (Ga 5, 25)
Nous avons été créés en Jésus-Christ pour les œuvres bonnes que Dieu a préparées d’avance afin que nous marchions en elles.  (Ep 1, 10)
Et encore :  Comme donc vous avez reçu Jésus-Christ le Seigneur marchez en lui  (Col 2, 6)

Lettre complète en téléchargement à partir du site du diocèse :Lettre pastorale de Mgr Ravel Le temps de la jeunesse

 

Dimanche « sur les pas de St Paul »

A partir de dimanche prochain puis chaque 3ème dimanche de chaque mois,
les jeunes de la Profession de Foi en route vers le Sacrement de la Confirmation
et leurs parents sont invités à participer à un temps de catéchèse suivi de la messe à 10 h.

Dès 9 h, accueil au centre paroissial St Georges, avec un temps convivial, partage et approfondissement de la foi.

Vous tous, jeunes et moins jeunes, êtes cordialement invités à y participer !