Heureux les Doux…

Depuis quelques mois, le mot « violence » revient souvent dans les médias : violence faites aux femmes, violences dans les manifestations, violences en milieux scolaire, violences conjugales, violences des attentats…

Certes la violence a toujours existé. Avec le progrès technologique et Internet, on en parle plus.
Mais ce qui est assez préoccupant, comme le disent certains commentateurs, c’est que la violence est devenue banale, presque normale.
Et d’une certaine manière, nous ne cherchons plus à la combattre.

Il y a la violence physique, certes, mais il y a aussi la violence verbale : pensons par exemple à ces jeunes harcelés dans les écoles.
Et je suis toujours étonné par la violence de certains propos sur les réseaux sociaux surtout lorsque l’on ne supporte pas que quelqu’un d’autre puisse avoir une opinion différente de la nôtre.

La violence verbale existe aussi dans nos paroisses, entre chrétiens.
Le pape François en parle souvent dans ses homélies.
Je suis surpris, par exemple, de la manière dont certains paroissiens parlent aux prêtres,
parfois avec des injures.
Il y a quelques années encore c’était impensable.
Chacun peut s’exprimer mais de manière polie et avec courtoisie.

L’Ancien Testament est parsemé de scènes violentes, ce qui peut choquer.
Jésus a voulu rompre avec cela.
Il y a assez d’exemples dans le Nouveau Testament.
En voici un : « Heureux les doux, ils auront la terre en partage » (Mt 5, 4).

Je vous souhaite pour 2019 beaucoup de douceur dans votre vie. Et puissions-nous, nous chrétiens, apporter cette douceur autour de nous et rompre la chaine de la violence.

Yannick BEUVELET, curé

Heureux les Doux…