Le pain de l’autre rive

Moment de vérité où Jésus met les choses au point : quelles sont les réelles motivations de ceux qui le recherchent et qui viennent de le retrouver sur l’autre rive ?

La nourriture fait partie de la recherche des hommes mais le don que Jésus avait fait dans la multiplication des pains n’a pas été compris.
Ce qui est attendu des hommes ne correspond pas à ce que Dieu offre par Jésus.
Ce que Jésus attend est une réponse de foi, une réponse décisive prête à recevoir le don du pain de vie parce qu’il est le chemin qui mène à Dieu et qui rassasie le cœur de l’homme.
Dieu se donne en son Fils et comble l’homme qui croit en lui.

Le passage sur l’autre rive, c’est cet acte de foi en celui en qui nous mettons notre espérance, en qui nous prenons force, en qui la vie donne sens à notre vie.
Passer d’une nourriture qui se perd à celle qui demeure, c’est devenir autre.
Être disciple missionnaire, comme le dit Paul aux Éphésiens, c’est devenir un homme nouveau qui sait vivre en se donnant, à l’exemple du Christ.
La longue histoire du peuple d’Israël, son expérience de la manne au désert, sa recherche de signes qui authentifient le don de Dieu qui est lié à l’appel à vivre selon sa loi ; voilà le chemin de tout homme en recherche de la vérité.
Paul précise clairement le même chemin : celui qui sort des pratiques anciennes qui enferment l’homme sur lui-même et qui se laisse renouveler par le Christ.
Un programme de vie qui emprunte celui de tant d’hommes et de femmes qui se sont laissé habiter par l’Esprit de Dieu.

Croire n’est pas une certitude sans faille ni question. Croire en Jésus est dans le domaine de la confiance donnée et de la confiance reçue.
L’œuvre de Dieu, c’est que nous acceptions la confiance qui nous est donnée par son amour et que nous en vivions.
Nous serons une foule de gens qui n’ont plus jamais faim ni jamais soif, car, au fin fond de nous-mêmes et malgré et à travers les aléas de la vie et des épreuves et des chutes, nous aurons confiance.

Jésus nous appelle aujourd’hui à orienter nos désirs hors du matériel. Jésus est le Pain de vie qui comble toutes les faims.
Saint Jean nous dit que les gens qui ont entendu Jésus, étaient offusqués.
Nous qui entendons ces paroles, est-ce qu’elles nous posent question ?

Diverses sources

Le pain de l’autre rive